Interview B&W – Caroline Alves

Comment as-tu commencé la musique ?

J’ai commencé la musique quand j’avais 14 ans de manière autodidacte sur YouTube. J’ai tapé « Tutoriels guitare » et puis j’ai appris un peu comme ça. En fait, c’est surtout parce que j’habitais au Brésil avant, j’avais mon oncle qui était musicien professionnel. Il a toujours voulu que je fasse de la musique et moi pas. Je trouvais ça super chiant. En fait, c’était un peu une réponse automatique de mon esprit de vouloir faire quelque chose qui lui aurait fait plaisir. Du coup, je suis allé sur YouTube et j’ai appris comme ça.

Quelle est l’histoire de ton premier EP “Unbound” ?

Alors l’EP « Unbound », en fait, c’était en 2016 que j’ai commencé à l’enregistrer. De base, j’avais plein de chansons que j’avais écrites quand j’avais 15-16 ans et je voulais les enregistrer. Et puis, j’ai eu de la chance de rencontrer un producteur new-yorkais qui venait d’arriver à Bienne. C’est vraiment grâce à lui que j’ai pu rencontrer un peu le monde de la production électro pop, électro soul, et que, du coup, j’ai continué à faire ça. Et puis après, j’ai fait un album dans ce style là.

Comment as-tu vécu ta récompense au Swiss Music Awards ?

Quand j’ai été nominée en janvier de cette année, j’ai lancé mon album « Moonlight » en octobre 2020. Il a été bien reçu par les médias, les radios et j’ai pu faire quelques concerts, malgré le Corona et après justement, en janvier, j’ai été sélectionnée parmi les trois meilleurs talents de l’année et je ne m’y attendais pas du tout. Je me souviens quand ils m’ont appelé, ils m’ont fait un peu une fausse interview juste pour vraiment prendre ma vraie réaction sur le moment. Et puis, j’étais super ému. Je crois que j’ai vraiment beaucoup pleuré.

A quel point la danse est-elle importante dans ta musique ?

Alors, j’aime beaucoup la danse. J’aimerais beaucoup savoir en faire, mais malheureusement pas. Mais je trouve que c’est une façon justement d’exprimer encore une fois ses sentiments. Moi, j’ai vraiment commencé la musique aussi pour pouvoir communiquer et je trouve que la danse, ça communique aussi plein de choses. Et par rapport à mes chansons, je trouve que c’est les chansons qui bougent plus que celles qui sont un peu plus mélancoliques. Ça complète bien. Je pense que la danse apporte un truc en plus, un autre niveau à ce que je veux communiquer.

Quelle est ton actualité ? Des sorties de prévues ?

Alors oui, heureusement, j’ai pu reprendre les concerts cet été, donc j’en ai eu pas mal. mJ’ai un concert à Fribourg le 16 septembre, pour l’anniversaire de MX3, où il y aura toutes les radios suisses, justement. Et puis, après j’en ai quelques-uns de posé en automne, et puis on verra comment évolue la situation actuelle. Alors, déjà, à court terme, je lance un single cet automne, donc c’est de nouveau un projet avec un clip, etc. Où ça va me permettre de reprendre un peu tout ce travail de production, de création vidéo, etc. Et puis après, le but ce sera de lancer quelques singles, puis après un album et de vraiment prendre le temps de bien travailler chaque chanson. Essayer aussi de sortir un peu de la Suisse, essayer la France, l’Allemagne, puis voir si je peux présenter aussi ma musique à d’autres publics.

Travaillons ensemble
Contactez-nous