Interview B&W – NNAVY

Peux-tu te présenter ?

Moi, c’est NNAVY. Je suis une jeune chanteuse lausannoise. Je suis aussi étudiante. Je suis aussi femme. Je suis aussi plein de choses.

Quelles ont été tes premières rencontres avec la musique ?

Je pense que ma première rencontre avec la musique, ça s’est fait dans ma famille, dans le cadre des événements familiaux, que ce soit un événement, ça peut être simplement être en train de cuisiner tous ensemble dans la cuisine et j’ai beaucoup écouté de musique en étant plus jeune. J’ai beaucoup dansé, que ce soit les danses traditionnelles de chez moi, aussi, des petits cours de danse, ce que j’ai fait ici. Donc, la musique, ça a un peu toujours été présent dans ma vie. Puis, avec les années, j’ai un peu exploré plus cet amour de la musique et du coup, j’ai pris quelques années de cours de piano et pendant tout ce temps là, j’ai chanté tout le temps. Mais mon grand frère me détestait quand j’étais petite, parce que j’étais tout le temps entrain de chanter. Et après, plus le temps avançait, plus l’amour pour le chant grandissait et ça a pris de plus en plus de place. Et me voilà aujourd’hui.

Quel est ton processus d’écriture ?

Il y a deux grandes manières de faire pour moi: c’est soit Naji, du coup mon binôme, il m’envoie quelques prod et « du coup t’aime bien », « t’aime pas du tout » et du coup, ça m’évoque quelque chose et j’ai envie d’écrire là-dessus. Du coup, c’est plutôt, j’écris avec la musique ou bien j’ai un sujet, dont j’ai vraiment vraiment envie de parler ou quelque chose qui m’a vraiment inspiré, ou un peu des bribes de paroles dans la tête. Et je suis là: « Ça il faut que je joue, il faut que j’explique ça. ». Et après du coup, il y a la musique qui vient s’y coller, mais généralement, c’est la première manière de faire.

Comment fonctionne ta collaboration avec Naji ?

On se voit généralement au studio. Lui, c’est une machine de guerre qui produit tout le temps. Lundi, on s’est vu, il était là: « Aujourd’hui, j’ai produis trois nouveaux sons ». J’étais là: « d’accord ». Du coup, il produit beaucoup, Il me propose des titres sur lesquels moi, je peux écrire et du coup, lui s’occupe vraiment de toute la partie production. Moi, je suis pas très forte en instruments ni en prod, mais du coup, je lui fais con ance complètement pour ça et après moi, je me charge vraiment de l’écriture et des textes et du chant. Du coup, on est un est en binôme, on mse complète bien.

Quel impact a eu le projet Proxima sur toi et ta carrière ?

Et je crois que je pourrais même pas mettre en mots à quel point c’est important. Ce passage à Proxima, c’était vraiment bien. Il y a pas eu un seul aspect de tout ce projet qui est pas bien pensé, en n il y a tout qui est bien l’équipe des Docks, ils sont tous trop super. Ce que ça a eu comme impact, c’est que ben, on t’o re un espace où tu peux vraiment, où t’as le temps d’explorer ton projet musical avec tous tes coéquipiers si t’en as, tout les musiciens si t’en as et après, tu as tout ce qu’il y a autour, tu as la communication, t’as plein de choses autour. Après, ça t’apporte un réseau de malade aussi. Ça veut dire que tu peux prétendre à jouer dans d’autres salles, etc. Et du coup, ça m’est arrivé, du coup, j’ai eu l’occasion de jouer à Montreux. J’ai eu l’occasion à Rome, après, je vais à Paris.

Quelle est ton actu ? un album de prévu? des dates de concerts ?

Pour 2022, on aimerait bien sortir un album avec 12 à 15 titres, donc quasi le double de ce qu’on a fait jusqu’à maintenant. On s’y appelle gentiment. Pour l’instant on n’a pas encore de date de sortie définitive. On ne sait pas encore comment ça va se passer et on se laisse aussi le temps d’explorer, d’explorer ce qu’on a envie d’explorer musicalement encore. Après, dans un futur plus proche, j’ai des dates de concerts. Je vais le 8 octobre à Paris, au Centre Culturel Suisse. Je sais que j’ai le 15 janvier à la Ferme Asile, à Sion. Plein de petites dates, plein de jolies dates qui vont arriver. Ça, je me réjouis.

Travaillons ensemble
Contactez-nous